Hop un camion rempli de bottes de foin passant sous un pont, qui ralentit. Sam passant juste à propos.
Hop ! La délicatesse d’un geste de liberté. Jump. L’évanouissement du reste, au-dessus, sans dessous.
Blue Klein Blue Sky.
Et puis, comme une minute de silence, re-définissant en un temps suspendu et inapproprié les limites de la liberté. Mise à l’épreuve radicale pour beaucoup n’ayant d’autres choix que de sauter dans le camion, déracinés sans en avoir eu le choix. Tout ce foin pour nous rappeler combien elle n’a pas de prix cette liberté de créer, de rêver, de penser, de réfléchir, de se mouvoir. Rien que pour cela Sam avait commencé à imaginer le ramdam d’une botte de foin se mettant à s’agiter comme pour accueillir avec joie la migration ! Des éternuements en pagaille.
Hop. De quoi rougir de plaisir.
Hop. De quoi ravir latex et masques d’hygiène.
Hop. Du foin qui gratte les narines et secoue les verges.
Célébration agitée,  hop cherry, avec en tête un Sacher torte fourré, arrosé d’un Spritz mélisse. Délicate attention pour un joyeux bordel ! L’évasion consiste à remettre petit à petit le sens des mots et des gestes, comme par bifurquement. Vagabonde. Ilelle. Une bifurcation qui s’impose à l’essentiel.


“Les pensées de Sam Moore
et L’arbre qui cache la forêt”– Editons Ma bibliothèque par Sharon Kivland : https://mabibliotheque.cargo.site/Anabelle-Hulaut-Les-Pensees-de-Sam-Moore-2019